Dermatologie

Ce site n’a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale

Les cancers de la peau

melanome

Mélanome du cuir chevelu

melanome

Mélanome du corps

Le mélanome

Un mélanome de la peau est une maladie des cellules de la peau appelées mélanocytes.

Il touche un peu plus de femmes (53 %) que d’hommes (47 %) et l’âge moyen au diagnostic est de 56 ans. C’est le cancer pour lequel le nombre de nouveaux cas par an (incidence) augmente le plus (10 % par an depuis 50 ans).

  • 80 % des mélanomes de la peau se développent à partir d’une peau saine, c’est-à-dire une peau ne présentant aucune tache ou lésion. Ils apparaissent sous la forme d’une tache pigmentée qui ressemble à un grain de beauté.
  • Dans 20 % des cas, ils se développent à partir d’un grain de beauté (aussi appelé nævus) préexistant.
LES TRAITEMENTS du mélanome
  • Le choix de vos traitements dépend des caractéristiques du mélanome dont vous êtes atteint : son type histologique (type de cellules impliquées), sa localisation et son stade, c’est-à-dire son degré d’extension en profondeur ou vers d’autres tissus.. Ces caractéristiques sont déterminées grâce aux examens du bilan diagnostique. Le traitement est discuté lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui réunit plusieurs médecins de spécialités différentes (dermatologue, chirurgien, oncologue, etc.).
  • Pour les cancers localisés, la chirurgie est le traitement de référence. Elle consiste à retirer le mélanome. Selon l’épaisseur de la lésion (évaluée grâce à l’indice de Breslow), une seconde opération est réalisée dans la majorité des cas afin de s’assurer que toutes les cellules cancéreuses ont bien été retirées et limiter ainsi le risque de récidive. On parle de reprise d’exérèse. Parfois, les ganglions proches de la tumeur sont également retirés.
  • Pour les stades plus avancés des nouveaux traitements sont disponibles comme l’immunothérapie ou encore les thérapies ciblées (inhibiteurs de tyrosine kinases).
Carcinome basocellulaire

Carcinome basocellulaire nodulaire

Carcinome basocellulaire

Carcinome basocellulaire

Le carcinome baso-cellulaire

Les carcinomes basocellulaires sont les cancers les plus fréquents de l’adulte et représentent la majorité des cancers cutanés.
La lésion caractéristique du carcinome basocellulaire est la perle c’est à dire une petite papule de quelques millimètres très ferme, indolore, translucide et non pigmentée le plus souvent qui est parcourue de petits vaisseaux.

 

Les carcinomes basocellulaires superficiels représentent un groupe de bons pronostics.
Les carcinomes basocellulaires nodulaires sont considérés comme des tumeurs de risques intermédiaires essentiellement en fonction de la localisation de la taille de la lésion.

 

Bien entendu ces lésions ne donnent jamais de métastases mais sont à risque de récidive locale en cas d’exérèse incomplète.

 

Le traitement des carcinomes basocellulaires repose sur la chirurgie en particulier pour les formes infiltrantes et nodulaires. Pour le carcinome basocellulaire superficiel, les alternatives sont à discuter en particulier en cas de lésions de grande taille ou situées sur une zone esthétique (visage, décolleté).

carcinome epidermoide

Carcinome épidermoïde

Le carcinome épidermoïde cutané

Le carcinome épidermoïde anciennement appelé carcinome spinocellulaire est un cancer moins fréquent que le carcinome basocellulaire.

 

Cliniquement il s’agit d’une lésion infiltrée sous la forme d ‘un nodule le plus souvent qui peut s’ulcérer. Le plus souvent on retrouvera autour de ce carcinome épidermoïde des kératoses actiniques qui sont des lésions précancéreuses.

 

Les carcinomes épidermoïdes peuvent métastaser au niveau des ganglions et doivent donc être traités rapidement. La chirurgie doit être le plus précoce possible avec des marges entre 5 et 10 mm selon la taille de la lésion.
Dans de rares cas, va de discuter une radiothérapie complémentaire en particulier en cas d’exérèse incomplète et en raison de la localisation, et d’envahissement périnerveux ou lymphatiques

dermatochirurgie

Carcinome du pavillon de l’oreille enlevé et reconstruit par une greffe de peau total

dermatochirurgie

Exérèse d’un naevus du nez

La dermatochirurgie

La dermatochirurgie ou chirurgie des tumeurs de la peau s’adresse à tous les patientes et patients qui présentent :

  • une tumeur de la peau qu’elle soit bénigne (grain de beauté par exemple) ou maligne (carcinome basocellulaire, spinocellulaire ou encore mélanome par exemple)
  • des tumeurs bénignes à type de kystes ou de lipomes et se trouvant sous la peau.

 

En fonction de la taille, de la localisation et du type de tumeur, celle-ci pourra être prise en charge directement au cabinet dans une salle de chirurgie dédiée. En cas d’impossibilité d’effectuer le geste au sein du centre, la chirurgie sera alors réalisée en clinique dans un bloc opératoire par l’un des deux chirurgiens plasticiens du cabinet CDCP.

La collaboration entre médecin dermatologistes et chirurgiens plasticiens permet au patient un parcours de soins simplifié et optimisé. Le diagnostic est fait par le dermatologue et celui-ci vous orientera directement vers le chirurgien plasticien ou réalisera l’acte lui-même au cabinet si le geste est simple et sans risque pour le patient. En une seule demi-journée pourront être effectué le diagnostic, la prise en charge et le traitement.

Les pathologies fréquentes de la peau

Acné

C’est la première cause de consultation chez le dermatologue.

C’est une maladie du poil et de la glande sébacée, qui secrète du sébum. Ce dernier est devenu trop épais ou sécrété en trop grande quantité. Le rôle d’une bactérie, Propionibacterium acnes, a été mise en évidence dans la génèse de l’acné. Cette affection touche préférentiellement le visage, mais peut aussi s’étendre sur le cou, le torse, et le dos.

Il y a plusieurs sortes d’acné.

Rosacée

  • La rosacée est une maladie inflammatoire de la peau du visage, affectant préférentiellement les femmes à peau claire et sensible.
  • Elle se manifeste d’abord par des rougeurs au niveau du nez et des pommettes, elle touche les petits vaisseaux du visage.
  • Les formes les plus sévères concernent en majorité les hommes de plus de 50 ans.
  • Certains facteurs aggravants sont clairement identifiés : alimentaires ( plats épicés) , les variations de température, le soleil, les efforts physiques intenses, le stress et les émotions, l’alcool ou certains médicaments (vasodilatateurs, photosensibilisants…).
  • Des médicaments par voie orale ou locale, des séances de laser ou d’électrocoagulation peuvent être proposés pour soigner la rosacée, en plus de gestes simples d’hygiène quotidienne.

Psoriasis

  • Le psoriasis est une inflammation chronique de la peau.
  • C’est une maladie non contagieuse et se traduit par l’apparition d’une ou plusieurs plaques rouges bien délimitées au niveau des zones de frottement de la peau comme les coudes ou les genoux, recouvertes de fragments de peau blanchâtre et sèche qui se détachent (squames).
  • Lorsque l’on gratte ou décape ces plaques, il ne subsiste que la rougeur de la peau.
  • Il existe de plusieurs médicaments dans cette indication : locaux (crèmes) pour les atteintes localisées et par voie orale ou injectable pour les formes étendues.

Dermite séborrhéique

Elle est caractérisée par des plaques rouges symétriques recouvertes de squames, au niveau du front, nez ou menton et le torse. Elle peut entraîner des démangeaisons, avec le plus souvent de pellicules sèches ou grasses, notamment sur le cuir chevelu.

Verrues

  • Les verrues sont des infections cutanées bénignes, liées à la présence d’un papillomavirus (HPV) à la surface de la peau.
  • Il existe différentes présentations selon leur localisation. Il existe des verrues PLANES, FILIFORMES, VULGAIRES ou PLANTAIRES.
  • Certains HPV touchent les muqueuses, essentiellement de l’anus et des parties génitales. Elles sont responsables de condylomes, transmis par voie sexuelle : ils sont à considérer comme des infections sexuellement transmissibles.
  • Il existe plusieurs méthodes de destruction des verrues : cryothérapie (application locale d’azote liquide), curetage chirurgical, vaporisation au laser CO2.

Dermatite atopique

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire chronique. Les sujets atteints sont des enfants dans 80% des cas. Son diagnostic est clinique : il existe une sécheresse de lapeau et des lésions inflammatoires à type de plaques rouges avec parfois des petites vésicules. Le traitement repose sur les émollients pour lutter contre la sécheresse cutanée, les dermocorticoïdes contre l’inflammation. Parfois, dans le cadre d’eczéma sévère le traitement fait appel a des médicaments par voie orale ou injectable. Il existe également des mesures associées qui seront abordées lors de la consultation : ne pas surchauffer la chambre, préferer le port de vêtements en coton par rapport a la laine, éviter les savons détergents, etc.

N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous avec nos différents chirurgiens et médecins.